Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXV


LA SAINERESSE.


Man. F. Fr. 837, fol. 211 v° à 212 v°.



D’un borgois vous acont la vie,
Qui se vanta de grant folie
Que fame n’el poroit bouler.
Sa fame en a oï parler ;
Si en parla privéement,
Et en jura un serement
Qu’ele le fera mençongier,
Jà tant ne s’i saura gueter.
.I. jor erent en lor meson
La gentil dame et le preudon ;
En un banc sistrent lez à lez ;
N’i furent guères demorez,
Ez-vos un pautonier à l’uis
Moult cointe et noble, et sambloit plus
Fame que home la moitié,
Vestu d’un chainsse deslié,
D’une guimple bien safrenée,
Et vint menant moult grant posnée ;
Ventouses porte à ventouser,
Et vait le borgois saluer
En mi l’aire de sa meson.