Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIX


C’EST DE LA DAME
QUI AVEINE DEMANDOIT POUR MOREL
SA PROVENDE AVOIR.


Mail. Fol. Fr. 25, 545, fol. 70 r° à 78 r°.



Il avint, assez près de Rains,
D’une dame à vuoutiés rains
Qu’anmoit de si très grant randon
Car cuer et cors en habandon
Avoit mis en très bien amer
En un vallet fort et legier,
Bel et gent, et mignot et cointe ;
Forment avoit chier son acointe ;
Et le vallés si fort l’amoit
C’à chose autre riens ne pançoit,
Et, quant venoit c’ansamble estoient,
A merveille se conjoioient ;
N’est nus qui dire le séust,
Ne que raconter le péust,
Com si dui amant sont engrès
De veoir l’un l’autre tout adès.
Que vous iroie-je contant.
Ne les paroles alongant ?
Tant firent et tant esploicterent