Page:Montaigne - Essais, Éd de Bordeaux, 1.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



argumens plausibles et proprement de son goust, il est dangier, quand les evenemens viennent à leur tour contraires et desavantageux, qu’il en esbranle sa foy. Comme aux guerres où nous sommes pour la religion, ceux qui eurent l’advantage au rencontre de la Rochelabeille, faisans grand feste de cet accident, et se servans de cette fortune pour certaine approbation de leur party, quand ils viennent apres à excuser leurs defortunes de Mont-contour et de Jarnac sur ce que ce sont verges et chastiemens paternels, s’ils n’ont un peuple du tout à leur mercy, ils luy font assez aisément sentir que c’est prendre d’un sac deux mouldures, et de mesme bouche souffler le chaud et le froid. Il vaudroit mieux l’entretenir des vrays fondemens de la verité. C’est une belle bataille navale qui s’est gaignée ces mois passez contre les Turcs, soubs la conduite de don Joan d’Austria ; mais il a bien pleu à Dieu en faire autres-fois voir d’autres telles à nos despens. Somme, il est mal-aysé de ramener les choses divines à nostre balance, qu’elles n’y souffrent du deschet. Et qui voudroit rendre raison de ce que Arrius et Leon, son Pape, chefs principaux de cette heresie, moururent en divers temps de mors si pareilles et si estranges (car, retirez de la dispute par douleur de ventre à la garderobe, tous deux y rendirent subitement l’ame), et exagerer cette vengeance divine par la circonstance du lieu, y pourroit bien encore adjouster la mort de Heliogabalus, qui fut aussi tué en un retraict. Mais quoy ? Irenée se trouve engagé en mesme fortune. Dieu, nous voulant apprendre que les bons ont autre chose à esperer, et les mauvais autre chose à craindre que les fortunes ou infortunes de ce monde, il les manie et applique selon sa disposition occulte, et nous oste le moyen d’en faire sottement nostre profit. Et se moquent ceux qui s’en veulent prevaloir selon l’humaine raison. Ils n’en donnent jamais une touche, qu’ils n’en reçoivent deux. Saint Augustin en faict une belle preuve sur ses adversaires. C’est un conflict qui se decide par les armes de la memoire plus que par celles de la raison. Il se faut contenter de la lumiere qu’il plait au Soleil nous communiquer par ses rayons ; et, qui eslevera ses yeux pour en prendre une plus grande dans son corps mesme, qu’il ne trouve pas estrange si, pour la peine de son outrecuidance, il y perd la veue. Quis hominum potest scire consilium dei ? aut quis poterit cogitare quid velit dominus ?