Page:Montaigne - Essais, Éd de Bordeaux, 1.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



d’estre insensé. Ils ne voyent pas de chois entre memoire et entendement. C’est bien empirer mon marché. Mais ils me font tort, car il se voit par experience plustost au rebours, que les memoires excellentes se joignent volontiers aux jugemens debiles. Ils me font tort aussi en cecy, qui ne sçay rien si bien faire qu’estre amy, que les mesmes paroles qui accusent ma maladie, representent l’ingratitude. On se prend de mon affection à ma memoire ; et d’un defaut naturel, on en faict un defaut de conscience. Il a oublié, dict-on, cette priere ou cette promesse. Il ne se souvient point de ses amys. Il ne s’est point souvenu de dire, ou faire, ou taire cela, pour l’amour de moy. Certes je puis aiséement oublier, mais de mettre à nonchalloir la charge que mon amy m’a donnée, je ne le fay pas. Qu’on se contente de ma misere, sans en faire une espece de malice, et de la malice autant ennemye de mon humeur. Je me console aucunement. Premierement sur ce que c’est un mal duquel principallement j’ay tiré la raison de corriger un mal pire qui se fust facilement produit en moy, sçavoir est l’ambition, car c’est une deffaillance insupportable à qui s’empesche des negotiations du monde ; que, comme disent plusieurs pareils exemples du progres de nature, elle a volontiers fortifié d’autres facultés en moy, à mesure que cette-cy s’est affoiblie, et irois facilement couchant et allanguissant mon esprit et mon jugement sur les traces d’autruy, comme faict le monde, sans exercer leurs propres forces, si les inventions et opinions estrangieres m’estoient presentes par le benefice de la memoire ; que mon parler en est plus court, car le magasin de la memoire est volontiers plus fourny de matiere que n’est celuy de l’invention : si elle m’eust tenu bon, j’eusse assourdi tous mes amys de babil : les subjects esveillans cette telle quelle faculté que j’ay de les manier et emploier, eschauffant et attirant mes discours. C’est pitié. Je l’essaye par la preuve d’aucuns de mes privez amys : à mesure que la memoire leur fournit la chose entiere et presente, ils reculent si arriere leur narration, et la chargent de vaines circonstances, que si le conte est bon, ils en estouffent la bonté ; s’il ne l’est pas, vous estes à maudire ou l’heur de leur memoire, ou le malheur de leur jugement. Et c’est chose difficile de fermer un propos et de le coupper despuis qu’on est arroutté. Et n’est rien où la force d’un cheval se cognoisse plus qu’à faire un arrest rond et net. Entre les pertinents mesmes j’en voy qui veulent et ne se peuvent deffaire de leur course. Ce pendant qu’ils cerchent le point de clorre le pas, ils s’en vont balivernant et trainant comme des hommes qui deffaillent de foiblesse. Sur tout les vieillards sont dangereux à qui la souvenance des choses passées demeure, et ont perdu la souvenance de leurs redites. j’ay veu des recits bien plaisants devenir tres-ennuyeux en la bouche d’un seigneur : chascun de l’assistance en ayant esté abbreuvé cent fois. Secondement, qu’il me souvient moins des offenses receues, ainsi que disoit cet ancien ; il me faudroit un protocolle, comme Darius, pour n’oublier l’offence qu’il avoit receu des Atheniens, faisoit qu’un page à tous les coups qu’il se mettoit à table, luy vinst rechanter par trois fois à l’oreille : Sire, souvienne vous des Atheniens : et que les lieux et les livres que je revoy me rient tousjours d’une fresche nouvelleté.

Ce n’est pas sans raison qu’on dit que qui ne se sent point assez ferme de memoire, ne se doit pas mesler d’estre menteur. Je sçay bien que les grammairiens font difference entre dire mensonge, et mentir : et disent, que dire mensonge, c’est dire chose fauce, mais qu’on a pris pour vraye, et que la definition du mot de mentir en Latin, d’où nostre François est party,