Page:Montaigne - Journal du Voyage en Italie, 1774, vol1.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
VOYAGES

par le deſſus eſcouler de l’eau froide pour modérer le being, ſelon la volenté de ceux qui s’en ſervent. Les places y font diſtribuées par les coſtés avec des barres ſuſpendues, à la mode de nos équiries, & jette on des ais par le deſſus pour éviter le ſoleil & la pluye. Il y a tout autour des beings trois ou quatre degrés de marches de pierre à la mode d’un théâtre, où ceux qui ſe beingnent peuvent eſtre aſſis ou appuyés. On y obſerve une ſinguliere modeſtie, & ſi eſt indécent aux hommes de ſi mettre autrement que tous nuds, ſauf un petit braiét, & les fames ſauf une chemiſe. Nous logeames à l’ange qui eſt le meilleur logis, d’autant qu’il reſpond aux deux beings. Tout le logis où il y avoit pluſieurs chambres ne couſtoit que quinze ſolds par jour. Les hoſtes fourniſſent partout du bois pour le marché ; mais le païs en eſt ſi plein qu’il ne couſte qu’à coupper. Les hoſteſſes y ſont