Page:Montaigu - Démêlés du Comte de Montaigu, 1904.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
DÉMÊLÉS DU COMTE DE MONTAIGU

m’ont fourni de plus à dire qu’un simple projet tout au plus.

La date du départ de J.-J. Rousseau est exactement connue ; comme il était arrivé le 4 septembre 1743 il a passé à peine un an dans la ville des doges. Il se trompe donc de six mois dans l’évaluation de son séjour.

Mon plus court chemin n’était pas par Lyon : mais j’y voulus passer pour vérifier une friponnerie basse de M. de Montaigu.

L’itinéraire du retour est plus exact que celui de l’aller. Mais c’est qu’il s’agit ici de mettre en évidence une dernière friponnerie de son maître.

J’avais fait venir de Paris une caisse contenant une veste brodée en or, quelques paires de manchettes et six paires de bas de soie blancs ; rien de plus. Sur la proposition qu’il m’en fit lui-même, je fis ajouter cette caisse, ou plutôt cette boîte, à son bagage. Dans le mémoire d’apothicaire qu’il voulut me donner en payement de mes appointements et qu’il avait écrit de sa main, il avait mis que cette boîte, qu’il appelait ballot, pesait onze quintaux, et il m’en avait passé le port à un prix