Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t6.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
39
LIVRE XXXI, CHAP. XII.


ses intérêts par des exemples. Le synode de Francfort [1] lui présenta un motif plus pressant pour payer les dîmes. On y fit un capitulaire dans lequel il est dit que, dans la dernière famine, on avoit trouvé les épis de bled vides [2] ; qu’ils a voient été dévorés par les démons, et qu’on avoit entendu leurs voix qui reprochoient de n’avoir pas payé la dîme : et, en conséquence, il fut ordonné à tous ceux qui tenoient les biens ecclésiastiques, de payer la dîme ; et, en conséquence, encore, on l’ordonna à tous.

Le projet de Charlemagne ne réussit pas d’abord : cette charge parut accablante [3]. Le paiement des dîmes chez les Juifs étoit entré dans le plan de la fondation de leur république ; mais ici le paiement des dîmes étoit une charge indépendante de celles de l’établissement de la monarchie. On peut voir, dans les dispositions ajoutées à la loi des Lombards [4], la difficulté qu’il y eut à faire recevoir les dîmes par les lois civiles : on peut juger, par les différents canons des conciles, de celle qu’il y eut à les faire recevoir par les lois ecclésiastiques.

Le peuple consentit enfin à payer les dîmes, à condition qu’il pourroit les racheter. La constitution de Louis le Débonnaire [5] , et celle de l’empereur Lothaire [6] son fils, ne le permirent pas.

  1. Tenu sous Charlemagne, l'an 794. (M.)
  2. Experimente enim didicimus in anno quo il la valida famés irrepsit, ebullire vacuas annonas a dœmonibus devoratas, et voces exprobationis auditas, etc., édit. de Baluze, p. 267, art. 23. (M.)
  3. Voyez entre autres le capitulaire de Louis le Débonnaire, de l'an 829, édition de Baluze, p. 863, contre ceux qui, dans la vue de ne pas payer la dîme, ne cultivoient point leurs terres ; et art. 5. Nonis quidem et decimis, unde et genitor noster et nos frequenter in diversis placitis admonitionem fecimus. (M.)
  4. Entre autres celle de Lothaire, liv. III, tit. III, ch. VI. (M.)
  5. De l'an 829, art. 7, dans Baluze, tome I, p. 663. (M.)
  6. Loi des Lombards, liv. III, tit. III, § 8. (M.)