Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t4.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHAPITRE XI.


DES PENSÉES.


Un Marsyas songea qu’il coupoit la gorge à Denys [1]. Celui-ci le fit mourir, disant qu’il n’y auroit pas songé la nuit s’il n’y eût pensé le jour. C’étoit une grande tyrannie : car, quand même il y auroit pensé, il n’avoit pas attenté [2]. Les lois ne se chargent de punir que les actions extérieures.

  1. Plutarquc, Vie de Denys. (M.) Réunie à celle de Dion, c. III.
  2. Il faut que la pensée soit jointe à quelque sorte d’action. (M.)
    ___________