Page:Montesquieu - Pensées et Fragments inédits, t2, 1901.djvu/589

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


la Compagnie d’Ostende, et puis l’Espagne rétablit l’Angleterre dans ses privilèges commerciaux par le traité do Prado (6 mars 1728).

Page 436, note 1. — Voyez l’Esprit des Lois, liv. XXI. cbap. xx11.

Page 436, note 2. — Voyez Ibid., liv. XXII., chap. xv111.

Page 437, ligne 12. — Il y avait d’abord: € et les fonds de terre... »

Page 437, ligne 20. — Robert Harley (1661-1724), comte d’Oxford, fut ministre de la reine Anne d’Angleterre. — Montesquieu avait mis d’abord : « bon, de séparer les. »

Page 437, lignes 24 et 25. — Il y avait d’abord : « par l’acquisition de la. »

Page 437, note 1. —Voyez l’Esprit des Lois, liv. XXII, chap. Xv111.

Page 437, note 2. — Cette note a été ajoutée en marge après coup.

Page 438, ligne 4. — Les mots dans des années ont été ajoutés après coup.

Page 439, ligne 23. — Les mots d’intérêts ont été ajoutés après coup.

Page 439, ligne 24, et page 440, ligne 1. — Il s’agit sans doute ici de la réduction des rentes viagères qui fut opérée en 1726.

Page 439, note 1.— Les deux alinéas de cette note ont, bien entendu, été ajoutés (en marge) à des époques successives.

Page 440, ligne 16. — Montesquieu semble avoir écrit d’abord: « que je ferais pour. »

Page 440, lignes 28 et 29. — Montesquieu avait commencé, d’abord, cet alinéa par les mots/e supprimerais.

Page 441, ligne 14. — Il y avait d’abord : c Je ferois toutes. »

Page 441, ligne 18. — Il y avait d’abord: « Diminution d’ambassadeurs. >

Page441, ligne 23. — Il y avait d’abord : « d’un vingtième du. »

Page 441, lignes 25 à 27. — Cet alinéa a été intercalé après coup.

Page 442, ligne 25.— Il y avait d’abord : « façon qu’*7 rentreroit chaque année. »

Page 443, ligne 9. — Montesquieu avait ajouté après légère les mots pour une fois seulement, qu’il raya ensuite.

Page 443, ligne 14. — Montesquieu avait ajouté ici et puis a rayé un alinéa ainsi conçu: « Il faudroit faire quelque établissement de commerce. »