Page:Montpetit - Souvenirs tome II, 1949.djvu/182

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
181
SAINTE-JUSTINE

d’un bébé blond aux yeux bleus, celui d’un de nos glorieux officiers, tombé au champ d’honneur, le capitaine Abel Beaudry ; et celui d’un héros de dix-sept ans, James de Beaujeu Domville.

Je traverse les laboratoires, la pasteurisation, la salle d’opération. Tout là-haut, les dortoirs alignés sous des ailes blanches ; et la chapelle où prient des religieuses.

Dans le sous-sol, la buanderie : on soupçonne ce qu’il faut de linge ; les cuisines, où se font des milliers de tartines ; les fournaises, qui sont des gouffres.

Qui dira les dévouements qu’ont vus passer les deux premiers lustres de cette œuvre : médecins, qui sont un argument pour ceux qui réclament des compétences, et dont plusieurs, revenus d’Europe, ont modifié nos méthodes et secondé les œuvres sociales ; religieuses, animatrices de l’hôpital ; garde-malades, sentinelles de la vie : infirmières bénévoles : dames patronnesses.

L’espace, de nouveau, manquait. Il allait falloir bâtir encore : « Nous n’avons pas un