Page:Montreuil - La légende du Lac au fantôme, conte canadien, paru dans Mon Magazine, janvier 1926.djvu/3

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Entouré de grandes montagnes,
Est un beau lac, miroir géant,
Où le chasseur de nos campagnes,
Sans pitié, s’en va, mécréant,
Tuer le canard, l’allouette,
Le caribou, même l’élan,
Dont, quelquefois, la silhouette
Se mire encore au vaste étang.


La superbe nappe d’eau bleue,
Cachée au sein de la forêt,
Célébré à plus d’une lieue,
Se révèle comme à regret.
Ses bords, tout fleuris de légendes,
Ont connu des jours glorieux,
Quand les Indiens, allant par bandes,
Vivaient au pays giboyeux,
Promenant l’orgueil de leur race
Sur le sol, où de leurs aïeux
Ils conservaient partout la trace
Avec un soin religieux :