Page:Mourguet - Théatre lyonnais de Guignol, tome 2.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
35
le testament.

Guignol, pour ses bons soins, 20,000 francs. Comment ! vous ne vous êtes pas opposée à ce legs ? C’est une folie.


MME BOBINARD.

Mais pourquoi donc ? Guignol est un vieux serviteur, & il est bien juste de reconnaître ses services.


RAYMOND.

Ta, ta, ta ; les domestiques nous servent, nous les payons pour cela… Un vieux domestique, on lui donne 3 francs & non pas 20,000. C’est insensé. Laissez-moi faire ; je vous éviterai la peine de payer ce legs… Donnez-moi plein pouvoir, appelez Guignol, & je me charge d’arranger cette affaire.


MME BOBÎNARD.

Volontiers. Guignol !


Scène XII

LES MÊMES, GUIGNOL

GUIGNOL.

Présent !… Mossieu Raymond ! bien le bonjour !…


RAYMOND.

Guignol, je viens de lire le testament de ton maître ;