Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
166
L’ENVERS DU JOURNALISME

verte de notes. « Ce sont des notes sur la mort de Labrie, » dit-il ; « voulez-vous me faire un article nécrologique ? Soignez cela, n’est-ce pas : c’était un camarade ».

Martin travaillait, travaillait. Il lui semblait qu’il avait été coupable d’être malade et il voulait expier. — Est-ce qu’on a le temps et les moyens d’être malade, quand on est pauvre et qu’on travaille pour gagner sa vie : c’est un non sens.

Tout-à-coup, la voix du city editor s’éleva.

« As-tu fini la mort de Labrie, » demandait-il à Martin ? « Oui, répondit celui-ci.

— « Envoie-moi la donc, alors.

« Apporte vite, » cria-t-il au garçon, qui était allé chercher la copie de Martin, « le journal n’attend pas. »