Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
L’ENVERS DU JOURNALISME

bien assez de s’occuper de leur affaire sans s’occuper des siennes, et, d’ailleurs, il n’avait rien fait que de très ordinaire, après tout. — Un voyage à X…ville et une bénédiction d’église, ça n’est pas la fin du monde, comme on dit.

Il avait donc maintenant à « faire » un meurtre, rue Saint-Timothée. C’était une corvée répugnante : la mort dans ce qu’elle a de plus laid et de plus repoussant. La mort et le crime.

Il partit cependant sans hésiter, tenant à acquérir la réputation d’un homme que rien n’arrêtait, — mais il se fut volontiers arrêté avant d’être rendu, s’il l’avait osé.

Tout en marchant rapidement, il tentait de se figurer la scène d horreur qu’il allait voir, afin d’aguerrir un peu ses nerfs, mais il ne parvenait pas à se tracer un tableau réel, son imagination s’y refusait, et cela le laissait dans le plus grand trouble.

Il n’y avait aucun rassemblement dans la rue Saint-Timothée et il se demandait, avec un secret espoir, s’il n’y avait pas eu une méprise et si, après tout, on ne l’avait pas envoyé sur la foi d’un renseignement erroné. Mais en arrivant à la porte, il aperçut un policier qui montait la garde, et il en ressentit un vague malaise.

Il fit un effort pour se dominer et demanda à entrer. À son grand regret, le policier ne fit aucune objection et l’introduisit immédiatement, sur le vu de son insigne de reporter.

En entrant, Martin aperçut deux autres policiers et quelques individus à l’air calme et indifférent,