Page:Mullié - Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, II.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Jean, il reçut le 1" septembre le.commandement du département de l’Isère, puis celui de la Meurthe le 29 octobre 1817.

Membre delà Chambre des députés, lieutenant-général le 25 avril 1824, il eut le commandement de la 13e division militaire (Rennes), obtint le titre de vicomte le 17 août 1822 et celui de commandeur de Saint-Louis le 20 août 1823.

Mis en disponibilité le 2 août 1830, inspecteur général pour 1832, il reçut la décoration de grand officier de laLégion-d’Honneur le 30 avril 1836, passa dans le cadre de vétérance, puis dans celui de non-activité, conformément aux dispositions de l’ordonnance du 28 août suivant, et enfin dans la 2e section (réserve) du cadre de l’état-major général créé par la loi du 4 août 1S39.

LOYRË D’ARBOUVILLE (FRANÇOIS-AIME-FREDERIC)

né à Paris le 14 février 1798.

A peine âgé de 16 ans, M. Loyré d’Àr-bouville entra dans les Gardes du corps comme surnuméraire : c’était le 29 novembre 1814. Le 9 décembre 1815, il fut nommé sous-lieutenant dans la légion de la Seine, et passa au 4e régiment d’infanterie de la Garde royale le 23 avril 1817.

Le 6 juin 1821, il fut reçu comme sergent de 1" classe, avec rang de capitaine, aux Gardes à pied du corps du roi.

En 1823 (2 avril ), il fit la campagne d’Espagne comme capitaine au 3e de ligne, fut nommé chef de bataillon au 2° léger, le 1S novembre 1826 ; fut envoyé en Afrique en 1830, revint en France l’année suivante, fut nommé lieutenant-colonel du 6e de ligne le 27 juillet 1835 et colonel du 26° de ligne le 13 mars 1838 : II a fait les campagnes des années 1838,1839, 1840, 1841, 1842, 1844, 184S, 1846 et 1847 en Afrique.

Il fut promu au grade de maréchal de camp le 18 décembre 1841 et à celui de II.

lieutenant-général le 3 novembre 1847.

Depuis, M. d’Arbouville a commandé la 4e division de l’armée des Alpes.

Chevalier de la Légion-d’Honneur à la promotion du 27 décembre 1830, il en a été nommé officier le 14 août 1839, commandeur le 30 septembre 1845 et grand officier le 23 juin 1849.

Il est aussi chevalier de 2e classe de l’ordre de Saint-Ferdinand d’Espagne.

LUCKNER (NICOLAS, baron de)

né à Campen (Bavière) enl722, d’une famille noble. Il entra fort jeune au service de Prusse, et ne tarda pas à se signaler par son courage et ses talents. La valeur qu’il montra à Rosbach et pendant toute la guerre de Sept-Ans fixa sur lui l’attention du cabinet de Versailles qui lui fit. des propositions. Il passa au service de France avec le titre de lieutenant-général, mais il resta dans l’inactionjus-qu’à la Révolution ; il s’en montra partisan, et en 1791, il fut fait maréchal de France et reçut Je commandement de l’armée du Nord. Il prit Menin et Cour-. trai, mais il fut obligé de se replier sur Valenciennes n’ayant pas été soutenu. Le 17 août, il fut attaqué par 22,000 Autrichiens et les écrasa du feu de ses batteries. Il fut néanmoins rappelé et relégué dans un commandement secondaire à Châlons-sur-Marne. De plus, il fut appelé à la barre de la Convention pour y rendre compte de sa conduite. Il protesta de son dévouement à la France, et n’en reçut pas moins l’ordre de ne point s’éloigner de Paris. En 1794, il fut traduit en tribunal révolutionnaire qui le condamna à mort. Il était alors âgé de 72 ans. Luckner, plein de bravoure et d’activité, n’était pas peut-être à la hauteur d’un grand commandement.

LUCOTTE (EDME-AIME, comte)

né à Créancay, près Arnay (Côte-d’Or), le 30 octobre 1770, fit d’excellentes études au collège de Dijon. Ayant embrassé avec