Page:NRF 11.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et comme elle ne souffle mot, du bout carré de son index, comme avec un style, grattant l’espace blanc du papier :

— Ce jour-là, reprend-il. Madame Armand-Dubois, épouse de l’observateur, n’écoutant que son tendre cœur, commit la... qu’est-ce que vous voulez que je mette ? la maladresse ? l’imprudence ? la sottise ?...

— Ecrivez plutôt : eut pitié de ces pauvres bêtes, victimes d’une curiosité saugrenue.

Il se redresse, très digne :

— Si c’est ainsi que vous le prenez, vous comprendrez. Madame, que désormais je doive vous prier de passer par l’escalier de la cour pour aller soigner vos plantations.

— Croyez-vous que j’entre jamais dans votre galetas pour mon plaisir ?

— Epargnez-vous la peine d’y entrer il l’avenir.

Puis, joignant à ces mots, l’éloquence du geste, il saisit les feuilles d’observations et les déchire en petits morceaux.

« Depuis quinze jours », a-t-il dit : en vérité ses rats ne jeûnent que depuis quatre. Et son irritation sans doute s’est exténuée dans cette exagération du grief ; car à table il peut montrer un front serein; même, il pousse la philosophie jusqu’à tendre à sa moitié une droite conciliatrice. Car moins encore que Véronique, il se soucie de donner à ce ménage si bien pensant des Baraglioul le spectacle de dissensions dont ceux-ci ne manqueraient pas de faire les opinions d’Anthime responsables.

Vers cinq heures Véronique change son caraco d’intérieur contre une jaquette de drap noir et part à la