Page:NRF 11.djvu/852

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


846 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

LE SATYRE-MAJOR

Toutes les rames à la mer ! {Coup de sifflet^

Attention !

Souquez !

Une, deux ! Une, deux !

LES SATYRES chantant à gorge déployée

Marguerite^ elle est malade !

Il lui faut le médecin !

Marguerite^ elle est mala a de^

Il lui faut aut aut^ il lui faut aut aut^

Il lui faut le médecin !

Il

MÉNÉLAS '

O Nymphes, quelles voix célestes ! quelle déli- cieuse mélodie !

LE SATYRE-MAJOR

Sciez, les enfants !

��I bis.

��LES SATYRES de même

Le médecin qui la visite Lui a défendu le vin.

Médecin^ va-t-en au diable^ | , .

Si tu me défends le vin, ]

J'en ai bu toute ma vie, ) , .

J'en boirai jusqu'à la fin, J

Si je meurs, quon m'enterre, \ ..

Dans la cave où est le vin, j

�� �