Page:NRF 13.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA MESSE LA- BAS 15

Est-ce que je verrai quelque chose pour moi dans le ciel se dédoubler comme les feux qui marquent l'entrée d'un port,.

Ou cette étoile près de la Croix^du-Sud qu'on ap- pelle Alpha du Centaure ?i

Vous aurez beau m' avoir mis près de Vous pour toujours d'une manière qui est au-dessus du sens,

Je ne serai pas plus sûr de Vous, mon Dieu, que je ne le suis à présent.

En cette heure vide, où je suis avec Vous, d'autre chose que de sa durée,

Toutes choses dont on dit qu'elles passent, je suis Votre témoin qu'elles ont passé.

Sans doute elles ne passent pas inutiles, elles épuisent jusqu'à la<dernière strophe le Poème,

Jusqu'à ces palmes dans le vent du soir ! le spectacle de ce qui est autre chose que Vous* même.

Ce chaos de feuilles et de fougères dans le soleil, ce séjour de ma cinquantième année,

Ce ne serait pas-plus difficile, rien- qu'à l'œil en se fermant, de l'abohr, que ce ne fut de la patrie où je suis né.

��I. Omnia duplicia, unum contra nnum, et non fecit quidquctn déesse (Eccles., XLII, 25).

�� �