Page:NRF 15.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


POUR DADA 215

Celui qui parlait trépasse Le meurtrier se relève et dit Suicide Fin du monde Enroulement des drapeaux coquillages '

Pour commencer les dadaïstes ont pris soin d'affirmer qu'ils ne veulent rien. Savoir. Il n'y a pas à s'inquiéter, rinstinct de conservation l'emporte toujours de part et d'autre. Comme quelqu'un nous demandait ingénument, après la lecture du manifeste « Plus de peintres, plus de littérateurs, plus de religions, plus de royalistes, plus d'anarchistes, plus de socialistes, plus de police, etc. » si nous « laissions subsister » l'homme, nous avons souri, nullement résolus à faire le procès de Dieu. Ne sommes-nous pas les derniers à oublier que l'entendement a ses bornes ? S'il m'arrive de tant me plaire à ces paroles de Georges Ribemont-Dessaignes, c'est qu'au fond elles constituent un acte' d'extrême humilité : <' Qu'est-ce que c'est beau ? Qu'est-ce que c'est laid ? Qu'est-ce que c'est grand, fort, faible ? Qu'est-ce que c'est Carpentier, Renan, Foch ? Connais pas. Qu'est-ce que c'est moi ? Connais pas. Connais pas, connais pas, connais pas. »

ANDRÉ BRETON

��I. Louis Aragon.

�� �