Page:NRF 15.djvu/735

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


■COULEUR DU TEMPS 729

L'univers sous leur ombre oscille de terreur

Et l'atmosphère même en est toute troublée

Bel fend l'immensité avec ses douze cornes

Tous les temples se sont ouverts et tous les dieux

Sont venus de partout pour parler au soleil

Tous sont bons même ceux qui aiment les victimes

Ils ont toujours voulu la paix de leurs croyants

La plupart aiment l'homme et voudraient qu'il soit bon

ils voudraient que jamais il ne donnât la mort

Ils veulent qu'à eux seuls s'immolent les hosties

Gages sacrés de paix entre l'homme et la vie

Les plus sanglants les plus cruels aiment la paix

Et c'est pourquoi ils viennent tous se concerter

Avec ce grand soleil qui nous vivifie tous

Voyez ces dieux ce sont une mer déchaînée

C'est un grand incendie qui s'avance et qui gronde

Voici les vieux génies taureaux au front humain

Dont la barbe ruisselle et coiffés de la mitre

Tous ces dieux monstrueux obscurcissent l'azur

Les dieux de Babylone et tous les dieux d'Assur

Voici Melquarth le nautonier et le moloch

L'affamé qui toujours nourrit son ventre ardent

Baal au nom multiple adoré sur les côtes

Ce tourbillonenment Belzébuth Dieu des mouches

Et des champs de bataille écoutez écoutez

Tanit vient en criant et Lilith se lamente

Et sur un trône fait de flammes étagées

D'anges épouvantés et de bêtes célestes

Terrible et magnifique entouré d'ailes d'or

De cercles lumineux à la lueur mouvante

Jéhovah le jaloux dont le nom épouvante

47

�� �