Page:NRF 1909 12.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES $57

" J'étais si tendre,

si pure, si douce,

que la plus brûlante lumière

était comme une caresse sur la mousse dans les ombres de ma chair.

De quel Dieu fus-je la victime ? toi-même ne le sais pas encore. Nike, triste victoire de ton crime ! Un sourire est de moins sur la terre. Passant, arrête! comprends...

pleure ma mort! „

A. G.

��ACCUSES DE RECEPTION.

Georges spetz : Thèodolinde Waldner de Freundstein, légende alsacienne. Gravures de M. Achener (Lahure). — Emile Verhaeren : Deux Drames (Mercure). — F. de Curel : Le Solitaire de la Lime (Les bibliophiles fantaisistes). — Marius- Ary Leblond : En France (Fasquelle). — Paul Fort : Mort- cerf (Vers et Prose). — Dominique Parodi : Le Problème Moral et la Pensée contemporaine (Alcan). — Valentine de Saint-Point : Une femme et le désir (Messein). — Georges Duhamel: L'homme en tête (Vers et Prose). — Claude Lorrey : Deux poèmes. — François Mauriac: Les mains jointes (Falque). — Guy de la Batut : Au seuil de l'idéal (Dufour, Péronne). — A. van bever : Les Amours et nouveaux eschanges de Pierres précieuses de Remy Belleau (Sansot). Les plus belles pages de Tristan V H ermite (Mercure). — Tristan Bernard : Le Roman d'un mois d'été (Ollendorf). — François Porche : Au loin, peut-être... (Mercure). — J.-C. Holl: Après V Impressionnisme (Librairie du XX e siècle). — Victor Hallut: Les Maîtres Classiques du i8 m * siècle (éd. du Thyrse). — Henri Martineau : Pierre Fons (éd. du Divan). — Jean Dmochowski : Rythmes. — Léon Soulié; L'Anse d'argent (Patau, Carcassonne). — C- Francis Caillard: Les Sagesses

9

�� �