Page:NRF 1909 12.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


5<D2 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Honneur ! monsieur Landry... Quel heureux vent vous amène ?. .. Soyez le bienvenu !... Et voici mon petit ami Marcel !... Et madame Landry se porte toujours comme elle veut ?. . . Certes non, vous ne me dérangez pas, bien au contraire ! Mes paroissiens sont toujours chez eux sous mon humble toit. . . Quel bel été ! un peu chaud tout de même...

Et, au milieu de tout cela, il lançait de gros rires qui sonnaient mal. Cette gaieté factice ne réussissait même point à rendre à sa physionomie son habituelle expression de jovialité. Comme il ne comprenait pas, dans son trouble, pourquoi mon père s'excusait de l'avoir si longtemps fait attendre, ce dernier, assez déconcerté, dut mettre les points sur les i. Sur quoi M. le curé se confondit en remercie- ments, mais qui lui sortaient machinalement des lèvres. Il avait la tête ailleurs, et se désintéressait de son église ; ce n'était pas peu dire !

Six chaises de paille fatiguées, un guéridon, un crucifix pendu au mur blanchi, une machine à coudre sous sa housse, une cheminée prussienne, composaient l'ameuble- ment du parloir où " nous prîmes la peine de nous remet- tre ". Un tel nuage de fumée emplissait la pièce que mon père, pris à la gorge par cette odeur de pipe qu'il craignait particulièrement, eut une violente quinte de toux. M. le curé faisait vraiment beaucoup de fumée pour un homme seul. Il ouvrit la croisée, tout en maudissant son " péché mignon ", et reconnut que rien de pareil ne se fût produit si la porte de la salle à manger eût été tenue close. Expli- cation qui semblait d'autant plus sangrenue que la porte, dont un rideau de cretonne masquait le vitrage, était bel et bien fermée.

�� �