Page:NRF 1909 2.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA PORTE ÉTROITE I 63

sion Alissa, et qui me valait son silence ?), la maladroite attention qui la poussait à me communiquer ceci. Si déjà je supportais mal le silence d'Alissa, ah ! ne valait-il pas mieux mille fois me laisser ignorer que ce qu'elle ne me disait plus, elle l'écrivait à quelque autre ! — Tout m'ir- ritait ici: et de l'entendre raconter si facilement à ma tante les menus secrets d'entre nous, et le ton naturel, et la tranquillité, le sérieux, l'enjouement...

— Mais non, mon pauvre ami ; rien ne t'irrite dans cette lettre que de savoir qu'elle ne t'est pas adressée — me dit Abel, mon compagnon quotidien, Abel à qui seul je pouvais parler et vers qui, dans ma solitude, me repen- chaient sans cesse faiblesse, défiance de moi, besoin plaintif de sympathie, et dans mon embarras, crédit que j'attachais à son conseil malgré la différence de nos natures, ou à cause d'elle plutôt...

— Etudions ce papier, dit-il en étalant la lettre sur son bureau. — Trois nuits avaient déjà passé sur mon dépit, que j'avais su garder par devers moi quatre jours ! J'en venais presque naturellement à ce que mon ami sut me dire :

— La partie Juliette-Teissière, nous l'abandonnons au feu de l'amour, n'est-ce pas. Nous savons ce qu'en vaut la flamme ! Parbleu ! Teissière me paraît bien le papillon qu'il faut pour s'y brûler...

— Laissons cela, dis-je, offusqué par les plaisanteries d'Abel. Venons au reste.

— Le reste? fit-il... Tout le reste est pour toi ! Plains- toi donc ! Pas une ligne, pas un mot que ta pensée n'em- plisse. Autant dire que la lettre entière t'est adressée; tante Félicie, en te la renvoyant, n'a fait que la retourner

�� �