Page:NRF 3.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


94 L A NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

belle-sœur de sa femme. La similitude de leur douleur avait cimenté le rapprochement de ces dames. N'étaient- elles pas, à peu de chose près, également veuves ? Un lien solide se formait entre elles au souvenir de l'affection qui avait uni leurs maris, camarades d'enfance et de jeu- nesse, et qui ne s'était jamais dissoute, en dépit d'une séparation, imposée à l'un d'eux moins encore par " ses principes " que par une autorité qu'il respectait aveuglé- ment. Et puis, malgré une formation et des destinées si différentes elles étaient faites pour s'entendre, ayant même ouverture d'esprit, même courage dans les épreuves, même raison pratique, même absence d'affectation, mais tout cela plus accusé et quasi viril chez madame Tourneur. Cette dernière ne s'était pas pour rien trouvée aux prises, et dès l'enfance, avec toutes les difficultés de la vie. Entre Charlemont et Saint-Clair les communications étaient malaisées. La grande intimité des deux familles data de notre dernier séjour à la campagne. Il ne se passait presque point de semaine sans que nous eussions poussé jusqu'au Colombier, le lieu du monde où je me plaisais le plus, sauf toutefois les jours où, ma chère Henriette venant à moi, Longval reprenait les charmes d'antan. Or, comme le médecin avait permis pour M. Tourneur les prome- nades en voiture, le breack nous amenait très souvent nos amis. On installait dans un fauteuil, à l'ombre de quelque allée, le malade, tout pareil à un vieil enfant. Amaigri, l'oeil vague, le geste maladroit, il émettait avec un inlas- sable effort des monosyllabes décousus ; mais on s'ac- coutumait à la longue à son attristante présence. Et d'interminables causeries s'engageaient entre maman et madame Tourneur, cependant qu'Henriette et moi por-

�� �