Page:NRF 3.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


206 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

voyage et a Vidée de quitter a jamais le bureau §u il était employé. Et puis un jour, au bout de quelque temps, l'affaire ne réussit pas. Quelqu'un lui dit : " Vous devez être ennuyé ". // répondit : Ah ! monsieur, vous ne savez pas quelle joie intérieure, quelle joie de mes organes m'a saisi tout à coup. Il me semblait que deux mains venaient me prendre et me ramenaient dans ma race ".

Certain de ne plus partir, il avait disposé sur sa table les petits souvenirs de ses affections. Son buvard était toujours propre comme une custode. Les manuscrits, après le travail, étaient soigneusement rangés dans le tiroir, comme dans un tabernacle. Ainsi, la table de Charles- Louis Philippe ressemblait à ces pauvres autels sublimes, improvisés pour l'éternité, sur lesquels les missionnaires célèbrent la messe avec des mots et des gestes que les sauvages ne comprennent pas.

Régis Gignoux.

��I

�� �