Page:NRF 3.djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE LIVRE d'oRPHEE 363

pur que lui ! Reine, reine ! La lune alors s'est montrée hors des branches, avec son ardeur, son calme, sa tristesse et sa compassion.

— " O Lune ! dit Eurydice, comme un Dieu qui se baigne...

— Comme un magicien qui cueille des perles sous la rosée...

— Comme l'amant couché aux pieds de la femme, qui soudain t'aperçoit dans l'embrouille- ment des cheveux...

— Comme un roi dont l'armée est en guerre, et qui un jour, voyant des feux s'allumer sur les collines, monte à sa tour la plus haute, la barbe au vent, et lorsque sur la route du pont éclate le premier drapeau...

— C'est par des nuits pareilles qu'il faut pro- noncer le mot Joie, tout bas, de crainte qu'après l'avoir dit on ne puisse plus y croire, mais au penchant des nuits pareilles, quand l'éclat des étoiles est si pur qu'on distinguerait dans la fon- taine le rayon vert de Sirius. — Et encore, non, de telles délices sont au-dessus de la joie ; tous ceux qui cherchent le bonheur, comme nous les méprisons, ce soir, dites, mes amis ? Pour nous, la pureté ! c'est d'elle que nous aurons eu le désir le plus incroyable, et non pas d'aucune joie ou d'aucun bonheur réalisé! C'est elle qui nous soulevait naguère, lorsque les promesses défail- laient et que les amants, les mains sur les épaules,

�� �