Page:NRF 3.djvu/413

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JOURNAL SANS DATES 4O3

Il y a là mieux que l'appropriation d'une manière, il y a celle du style ; c'est à dire de " 1' homme même ".

Le style de Péguy est semblable à celui des très anciennes litanies.

Il est semblable à ce chant que les enfants pauvres de Rouen, selon une antique coutume, viennent chanter très vite et sur une voix suraigtie, au jour des Rois, quêtant de porte en porte :

" Donnez, donnez la part à Dieu ! — Nous vous chantrons les Evandieux — les Evandieux de Not' Seigneu... —

J' l'ai vu vivant, je l'ai vu mort — A la lueur de quatr' chandell' — donnez, donnez-nous la part à Dieu, etc., etc. — "

Il est semblable aux chants arabes, aux chants mono- tones de la lande ; il est comparable au désert ; désert d'alfa, désert de sable, désert de pierres. . .

Le style de Péguy est semblable aux cailloux du désert, qui se suivent et se ressemblent, où chacun est pareil à l'autre, mais un tout petit peu différent ; d'une différence qui se reprend, se ressaisit, se répète, semble se répéter, s'accentue, s'affirme, et toujours plus nettement ; on avance. Qu'ai-je à faire de plus de variété ! de ces pays loquaces qui, dans l'espace d'un seul regard et sans que j'aie à tourner les yeux, m'offrent à considérer plus de choses que n'en peut écouter ma vie. Je ne veux plus aimer que les déserts ou les jardins ; les jardins très soignés et les déserts monotones ; où la même fleur, ou du moins la presque pareille, répétera le presque semblable parfum ; durant des lieues ; et le même caillou la même couleur, et pourtant à chaque fois un tout petit peu différente ; comme la flûte arabe la même phrase, presque

�� �