Page:NRF 3.djvu/514

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


5O4 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

" ses rivaux " : il dit dans un groupe où se trouvaient Santos, Demoisel, Ortega et quelques autres :

— Fermina Marquez vous envoie le bonjour, et elle espère que bientôt les parties de tennis pourront être reprises. "

Lui-même, il lui avait demandé si elle n'avait rien à faire dire aux amis. Il voulait jouer cartes sur table. Il s'était dit que, le jour où il aurait obtenu une marque de tendresse certaine, alors il passerait à son côté, devant tous ses camarades assemblés dans la cour, pas avant. Mais, à présent, ces projets de séduction paraissaient si lointains. C'était comme cette théorie sur les honnêtes femmes et sur les femmes légères : quel enfantillage, mon Dieu ! il en avait honte, maintenant. A quoi bon philosopher, et chercher à plaire par système, alors que chaque jour lui apportait sa provision de bonheur ? Alors que chaque jour il entendait cette voix, basse et fervente, juste un peu étrangère, à laquelle il mêlait sa propre voix, aisément, délicieusement, comme on respire.

A deux heures, il rentrait en étude, et à trois heures, il allait en classe. Pendant ce temps, Marna Doloré et ses nièces faisaient une promenade en voiture. Leur Victoria, en effet, après les avoir amenées de Paris, les attendait devant la porte du collège. Elles allaient ainsi jusqu'à Sceaux et jusqu'à Clamart, ou bien à Robinson, où elles goûtèrent, plusieurs fois, dans les gros arbres. Et à quatre heures, exactement, elles étaient de retour à Saint- Augustin.

La créole avait toujours un panier plein de friandises pour son neveu, qui se gâtait les dents à sucer toujours quelques bonbons ou à manger des pâtisseries trop sucrées.

�� �� �