Page:NRF 3.djvu/590

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


580

��GEORGES DEHERME ET

LA CRISE SOCIAL

��41 Les principales difficultés socia- les ne sont pas aujourd'hui essen- tiellement politiques, mais surtout morales, en sorte que leur solution possible dépend réellement des opinions et des mœurs beaucoup plus que des institutions...

La réorganisation finale doit d'abord s'opérer dans les idées, Pour passer ensuite aux mœurs, et, en dernier lieu, aux institutions. "

{Auguste Comte. — Discours sur l'Esprit positif).

��Dans le beau livre posthume de Lucien Jean : Parmi les Hommes, qui vient enfin de paraître, je relis les lignes suivantes, publiées il y a cinq ans.

" UN ENNEMI DU PEUPLE. — Un homme sortit du peuple, avec une volonté solide, un grand courage, une âme à la fois enthousiaste et réfléchie. Après avoir éprouvé les gran- des passions sociales — cela s'appelle, suivant le moment, patriotisme, socialisme, anarchie — il crut bon d'essayer quel- que chose de nouveau, quelque chose de très simple et de très compliqué ; l'éducation populaire. Le grand travail qu'il avait accompli en lui-même pour acquérir une partie de la science humaine et surtout pour clarifier ses sentiments, les ordonner, il voulut amener les hommes du peuple à l'accomplir en eux. Il créa la Coopération des Idées, Il disait : " C'est ici la maison

�� �