Page:NRF 3.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


92 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Il y a de braves gens même parmi les ennemis de notre foi, dit-il avec onction. Et il faut bien convenir, madame Landry, que vos locataires ne sont pas respon- sables personnellement de la mort de Notre Seigneur.

XXIII

Maman se souciait peu du qu'en dira-t-on et l'avait déjà prouvé. Guidée par un bon sens d'une remarquable rectitude, elle allait son petit bonhomme de chemin sans hésiter et sans craindre rien, fors les reproches de sa con- science. Ah ! de quel excellent conseil elle eût été en toute occasion pour son mari, si ce dernier n'eût été le pire des sourds lorsqu'il ne voulait pas entendre !

Pour une bourgeoise, née du plus infatué et du plus étroit des bourgeois, elle possédait une simplicité et une ouverture d'esprit surprenantes. Aucun préjugé inutile n'obscurcissait sa vision des choses. Rien ne l'amusait comme ces embarras et ces prétentions de gens, qui, sortis on sait bien d'où, se croient supérieurs au reste de l'hu- manité parce qu'ils ont des revenus. Et comme, y voyant clair, elle savait à quoi s'en tenir sur le fort et le faible de chacun, elle n'acceptait point que des hommes qui ne sont pas sans péché se permissent de jeter la pierre à leur prochain. C'est ainsi qu'ayant trouvé en madame Tour- neur une femme non moins estimable qu'infortunée, elle ne s'était pas laissé arrêter par la considération des criailleries et des médisances que ses relations avec elle devaient immanquablement provoquer. Les admonitions et le ressentiment de son beau-frère la laissaient froide,

�� �