Page:NRF 5.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


256 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

PENSÉE DE HAAPITI

Oui, tu ne connais pas le lointain Occident

Et chaque fois je m en souviens auprès de toi

Lorsque sur le rivage

Brûle et s'éteint le crépuscule.

Je me penchais vers ton visage.

En admirant tes yeux Je rencontrais ta bouche-

Qui n était plus ta bouche

— Toute fondue en ma bouche

Et douce-amer e.

C'était le fruit du soir.

Une chauve-souris étrange recommence^,

Faisant un vol qui mouvementé

n ennui nocturne et le tourmente.

�� �