Page:NRF 5.djvu/330

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


324 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

EXPOSITION H. SIMMEN (Galerie d'Art décoratif.)

Il semble que l'on éprouve une sorte de lassitude à l'égard de la céramique, de la verrerie ou du bijou. C'est là que triompha d'abord la renaissance de l'art appliqué. On a pu croire que des causes extérieures, raisons de prix, de di- mension, expliquaient assez que le renouvellement du bibelot eût précédé celui du meuble ou de l'architecture. Mais il faut se demander si, une fois de plus, ce ne sont pas quelques grandes personnalités d'artistes qui ont fait la fortune du genre. Cette sorte de relâchement dans le goût du pubUc semble le prouver. Lalique a fait école, mais ses disciples n'ont pu que répéter ses formules ; personne n'a remplacé Emile Galle ; quant aux recherches de nos céramistes, elles ont subi un moment d'arrêt le jour où elles atteignaient leur but primitif, celui d'égaler les modèles d'Extrême-Orient. Mais que paraisse une personnalité comme celle de Méthey et l'art où il excelle reprend vie et jeunesse.

L'exposition de H. Simmen montre dans ce sens une longue série d'efforts. Les premières œuvres ne sont que de beaux échantillons de modèles déjà portés d'autre part à la perfection. Mais brusquement l'artiste trouve sa voie et ses grès font preuve d'une invention aussi neuve qu'heureuse.

Selon des formes très variées, le plus souvent empruntées à la céramique antique, ses vases d'un grès uni, beige ou gris, sont rehaussés de dessins noirs et de rehauts d'or. Beaucoup de motifs avouent leur origine grecque ou étrusque ; mais ils sont assouplis avec une fantaisie sûre et charmante. Ce qui est tout à fait neuf, c'est l'unité que la cuisson crée entre le décor et le fond. Ces plats, ces fioles, ces amphores en prennent une ligne d'ensemble, un style singulier. Malgré toute leur beauté, les scènes ou les bordures des vases grecs restent une peinture sèchement superficielle. Ici l'ornementation fait partie de la matière même de l'objet, elle en a pénétré le grain ; et c'est assez pour qu'elle acquière une raison d'être supérieure et, si l'on peut dire, une sorte de gravité inattendue.

J. S.

�� �