Page:NRF 5.djvu/734

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


728 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Monsieur Bœuf. — Menteur !

Monsieur Truc. — Ecoute, Bœuf ! ma patience, elle est à bout... Tu vois bien, cette main, cette main... Fais attention qu'elle n'aille pas tout à l'heure sur ta figure.

Monsieur Bœuf. — Tu aurais mon pied dans le ven- tre, avant...

Maurice. — Ils parlent de pied dans le ventre.

Monsieur Foucart, supérieur. — C'est une expres- sion toute faite... Ça veut dire qu'ils ne sont pas d'accord, peut-être... Encore une histoire de chasse !... Dites-moi plutôt ce que vous pensez de ce produit ?

Maurice, à qui F on passe quelque chose de volatil et de jrais sur les joues. — On dirait que vous me frottez avec de la neige qui sentirait la menthe.

Monsieur Foucart. — C'est du Biscaya.

Maurice. — Vous donnez donc dans le progrès !

Monsieur Foucart. — Ah ! monsieur, celui-14, de progrés, il est légitime. C'est le seul que je me sois per- mis et avouez que j'ai, raison. Au lieu de vous passer sur la figure un corrosif comme le vinaigre ou la pierre infer- nale, je vous enduis d'une espèce de gomme imperceptible qui vous raffermit le tissu distendu par le blaireau et enflammé tout de même un peu par Bistouri. Soyez juste: d'ailleurs cette invention-là est la seule que j'admette, celle-là et les cuirs bombés en peau de gant. Vous con- naissez ?

Maurice. — Oui.

Monsieur Foucart. — Eh bien ! qu'en dites-vous ? Le cuir en Suède, c'est la joie du rasoir. On s'étonne souvent des caprices de cet instrument. Mais mettez-vous à sa place : toutes ces meules, ces peaux râpeuses, ces

�� �