Page:NRF 7.djvu/1093

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES

��1087

��ALEXANDRE ASIATIQUE ou L'HISTOIRE DU PLUS GRAND BONHEUR POSSIBLE, par la Princesse Bibesco (Hachette).

J'ignore si la lecture des Nourritures Terrestres a fortement influencé ce petit livre, mais il me semble y retrouver le ton même des conseils à Nathanaël.

" Mon fils, ayant été fait homme, tu ne voudras pas vivre pour vivre, mais pour être heureux. En prévision de tes désirs, j'écris pour toi l'Histoire de l'Avidité Récompensée et de tous les bonheurs accomplis, V Histoire d^ Alexandre : non pas celle qu'on t'enseigne sur les bancs d'une école, mais une autre, bien différente, auprès de laquelle l'ancienne pâlira. Firdousi, Djami, Abd-el-Salam de Cachemire et quelques historiens syriaques, les plus fameux de l'Asie, sont tour à tour les auteurs de ce livre qui les résume : je n'y mettrai de moi que mon intention. "

Cette intention sait glisser une morale hardie dans les gracieux récits des historiens musulmans. Audacieuse mère qui tantôt écoute Ménalque et tantôt laisse parler Zarathoustra et qui ne craint pas d'enivrer un jeune cœur du breuvage le plus capiteux !

" Il se hâte, parce qu'il est Alexandre : mais il se hâte aussi parce que le besoin de partir est le premier, le seul désir véritable qu'ont senti sur la terre les cœurs jeunes. Ce départ précipité, au sortir de l'enfance, inspire à Nizami un verset mélancolique :

Dans la maison de son père

Il est demeuré comme un voyageur.

Mon fils, nous nous porterons au-devant des impatiences qu'il a eues, et quand nous les connaîtrons toutes, nous aurons terminé ce livre, et je te dirai : " Quitte-moi ! "

�� �