Page:NRF 7.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l82 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

de la treille. Et il allait en jaillir un beau sang pourpre, il allait en surgir les récits les plus saisissants qu'il fût possible à une pensée humaine d'imaginer !

Parmi ces bruits sinistres, ces gémissements, ces ricanements et ces sanglots, tu composes avec le même flegme lucide, la même tranquillité admi- rable que si tu te tenais derrière ton comptoir de bonnetier de Cripplegate. Tu écris, tu écris avec bonheur ; et Churchill, duc de Marlborough, l'avare et le victorieux, n'est pas, à cet instant, plus fier de ses victoires fameuses et de ses lauriers que tu ne l'es devant les pages frémissantes com- posées par toi dans Newgate.

" Welcome to ail ! " Bienvenue à tous ! crierais- tu pour un peu au guichet ouvert où viennent se profiler tour à tour, à la lueur des torches et dans le bruit des clefs, d'étonnants visages. Et voici tou- jours, comme aux temps de Cripplegate, mêlées à cent et à cent autres, les frileuses et vacillantes silhouettes : pauvre Jacques, tenant la bourse d'or qu'il a trouvée et dont le contact lui brûle les mains ; lady Roxana, chue du faîte de la fortune et ruinée, dépouillée, honnie, se consolant dans le vin et les cartes. Voici Duncan Campbell. Voici Bob Singleton, le hardi pirate. Ah ! my dear, celui- là est bien changé ! Il n'en est plus au temps où il revenait de Virginie avec son baril de rhum, sa pipe et son chien. Vois : comme il est maigre et

�� �