Page:NRF 7.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


256 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ne me manquez point, qui n'ai plus que vous seul !

JACQUES HURY. — Qui vous veut aucun mal ?

VIOLAINE. — Sachez ce que vous faites en me prenant pour femme !

Laissez-moi vous parler bien humblement, seigneur Jacques

Qui allez recevoir mon âme et mon corps en commande des mains de Dieu et de mon père qui les ont faits.

Et sachez la dot que je vous apporte qui n'est point celle des autres femmes,

Mais cette sainte montagne en prière jour et nuit devant Dieu, comme un autel toujours fumant.

Et cette lampe toujours allumée dont notre charge est de nourrir l'huile.

Et témoin n'est à notre mariage aucun homme, mais ce Seigneur dont nous tenons seul le fief.

Qui est le Tout-Puissant, le Dieu des Armées.

Et ce n'est point le soleil de Juillet qui nous éclaire, mais la lumière même de Sa face.

Aux saints les choses saintes ! Qui sait si notre cœur est pur .'*

Jamais le mâle jusqu'ici n'avait manqué à notre race, toujours le sacré dépôt avait été transmis de père en fils.

Et voici que pour la première fois il tombe aux

�� �