Page:NRF 7.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


258 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et même si cela ne l'était pas, je vous aimerais encore et plus.

JACQUES HURY. — Je ne vous comprends pas, Violaine.

VIOLAINE. — Jacques, ne me forcez pas à parler ! Vous m'aimez tant et je ne puis vous faire que du mal.

Laissez-moi ! il ne peut y avoir de justice entre nous deux ! mais la foi seulement et la charité. Eloignez-vous de moi quand il en est encore temps.

JACQUES HURY. — Je ne comprends pas, Violaine.

VIOLAINE. — Mon bien-aimé, ne me forcez • pas à vous dire mon grand secret.

JACQUES HURY. — Un grand secret, Vio- laine ?

VIOLAINE. — Si grand que tout est con- sommé et vous ne demanderez pas de m'épouser davantage.

JACQUES HURY. — Je ne vous comprends pas.

VIOLAINE. — Ne suis-je pas assez belle en ce moment, Jacques ? Que me demandez-vous encore ?

Que demande-t-on d'une fleur

Sinon qu'elle soit belle et odorante une minute, pauvre fleur, et après ce sera fini.

�� �