Page:NRF 7.djvu/456

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


45° L^ NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

donne tant de fraîcheur à la poésie tourangelle de M. Vielé- Griffin, et à certaines de ses évocations grecques, si légères et souples. Là est ce qui place Francis Jammes en plein courant de ce mouvement poétique, et nullement à une place " excen- trique. " Là enfin est la seule source où la poésie actuelle trouve encore de l'inspiration neuve. Mais pas un des trente poètes nommés par M. Barre ne nous donne, sur le seuil du mystère, cette émotion de pensée qui fut, n'en déplaise à M. Lasserre, la couronne du grand lyrisme romantique.

M. Barre fait au contraire toutes ses réserves sur l'intérêt et la portée de la réforme prosodique. On peut goûter le vers libre déjà réalisé et avoir foi dans son avenir ; mais ce goût ne se transmet encore que difficilement à l'oreille com- mune, et j'avoue que l'on manque de raisons convaincantes pour légitimer cette foi, qui est la mienne. Mais ceci est certain, que le vers français, même régulier, n'est pas sorti du symbo- lisme tel qu'il y était entré, et qu'aujourd'hui le fait, pour un poète, d'écrire en vers comme si ni Verlaine, ni Mallarmé, ni de Régnier, ni Vielé-Griffin n'avaient existé, suffit à le déclasser. Et ces noms indiquent que la question dépasse le vers libre, que l'unité de la poétique symboliste consiste dans le problème plus que dans les solutions. Le symbolisme, de ce point de vue, fut une recherche de poésie plus pure, un essai pour arracher du vers ce qu'il comporte nécessairement de prose, de logique liée, de convention et d'usage ; une certaine excentricité, une rupture avec le commun sens, devenait alors inévitable.

De là l'effiart de Verlaine pour fondre en sentiment et en musique tout le descriptif et l'oratoire, pour substituer à un développement qui déploie l'émotion une répétition qui l'accu- mule insensiblement. De là l'effort de Mallarmé, non point ainsi que le dit M. Barre, pour " orchestrer des poèmes comme Wagner ", mais pour donner au vers, mot intégral, toute sa densité adamantine, pour en éliminer, comme la paille qui le briserait, tout soupçon de déjà vu, pour le ramener à une pureté

�� �