Page:NRF 7.djvu/488

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


482 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

dans une sorte de demi-teinte qui paraît assez neuve dans l'œuvre de M. Bernstein. On en voit tout de suite l'intention : donner dès le début une impression de noblesse morale, placer l'action hors du monde des cyniques et des viveurs. On s'attend à une pièce moins bruyante, plus grave, plus riche en tragique que les autres. La scène suivante ne détruit pas complètement cette impression.

Un collègue de Méritai, Frépeau, qui tient la seconde place dans le parti et convoite en secret la première, apporte une feuille de diffamation parue la veille au soir, où un maître- chanteur de profession accuse Méritai d'avoir dans sa jeunesse volé quatre mille francs à son patron. Méritai met la feuille dans sa poche ; Frépeau insiste pour qu'il la lise. C'est un fait qu'à la date indiquée, une plainte contre inconnu portée par le patron, a été aussitôt retirée et que, dans le même temps, Méritai a quitté la ville qu'il habitait. " Qu'allez-vous faire ? demande Frépeau. — Le silence, le dédain ! il faut se garder qu'une réponse vienne donner corps aux calomnies ! " Quelque chose est changé dans le ton de Méritai ; on sent que son esprit cherche et travaille. Frépeau voudrait une condamnation du diffamateur. Il tire de sa poche le dernier numéro du journal qu'il dirige lui-même : l'accusation y est reproduite avec un commentaire indigné. Méritai bondit. Comment se fait-il que l'accusation ait à peine précédé la réponse ? Comment Frépeau a-t-il pu agir avec cette imprudence et cette hâte, portant lui- même le débat devant le grand public ? Frépeau a beau partir avec une bonhomie simulée, nous avons compris d'où venait le coup et nous ne doutons pas qu'il soit porté à bon escient. Le drame s'est noué sans tapage. Tel que nous connaissons Méritai, tels que nous devinons ses enfants, cette terrible accu- sation va tous les mettre à l'épreuve, les retourner, les rompre, sans rien laisser intact en cette famille.

Le jeu de Guitry accuse le caractère contenu de ce premier acte. Des éloges sans réserve lui ont été décernés par la presse

�� �