Page:NRF 7.djvu/536

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SS'^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

DEDALE

poursuivant

Peut-être ; mais la fièvre cf Apollon

est clairvoyante^

et si f accueille ta joie^

Lumière^

sans fléchir ni trembler^

c^est que la force innée

qui gonfle d orgueil ma pensée sans ombre

est à la mesure de ta violence !

PASIPHAE

Non, te dis-Je !

mon désir est plus vaste :

il déborde ma volonté :

ton génie, ouvrît-il les ailes dont tu rêves,

ne peut le suivre ;

sa course dépasse toute route ;

conçois, jusqu'au vertige,

le sidéral abîme que tu scrutes :

mon désir est plus vaste...

Ecoute !..

(Au dehors, la rumeur d^un cortège grandit, éclate et s'éloigne.)

Cest mon désir qui passe !

DÉDALE

ironique

Fous êtes modeste, Pasiphaé !

Un navarque victorieux quun peuple acclame,

un matelot brutal..

�� �