Page:NRF 7.djvu/554

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


54^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VIOLAINE. — O Jacques, à toi seul je dirai un grand mystère.

Il est vrai, quand j'ai senti ce corps mort sur le mien, l'enfant de ta chair, Jacques,...

JACQUES HURY. — Ah ! mapetite Aubaine!

VIOLAINE. — Tu l'aimes beaucoup ?

JACQUES HURY. — Poursuis.

VIOLAINE. — ... Mon cœur s'est rétréci et le fer a pénétré en moi.

Voilà donc ce que je tenais entre mes bras pour ma nuit de Noël et tout ce qui restait de notre race, un enfant mort !

Tout ce qu'à jamais de toi je posséderais en cette vie.

Et j'écoutais Mara qui me lisait l'Office de cette Sainte Nuit : le tout petit qui nous a été donné, l'évangile de la Joie.

Ah, ne dis pas que je ne connais rien de toi ! Ne dis pas que je ne sais ce que c'est de souffrir par toi !

Ni que j'ignore l'effort et la division de la femme qui donne la vie !

JACQUES HURY. — Tu ne dis pas que cet enfant est vraiment ressuscité .

VIOLAINE. — Ce que je sais, c'est qu'il était mort, et que tout à coup j'ai senti cette tête bouger!

�� �