Page:NRF 7.djvu/566

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


560 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

PIERRE DE CRAON. — On travaille au cercueil. On fait la fosse où vous l'avez com^ mandé,

Jouxtant l'église là-haut, près de celle du dernier chapelain, votre frère.

On a mis dedans cette terre que vous avez rapportée.

Un grand lierre noir

Sort de la tombe sacerdotale et traversant le mur

Pénètre jusque dans l'arche scellée.

— Demain au petit jour. Tout est prêt.

{JACQUES HURT pleure, le visage dans son manteau. — On voit par Vallée une religieuse, comme une femme qui cherche des fleurs^

ANNE VERCORS. — Que cherchez-vous,

ma sœur }

VOIX DE LA RELIGIEUSE, sourde et étouffée. — Des fleurs pour les lui mettre sur son cœur entre ses mains.

ANNE VERCORS. — Il n'y a pas de fleurs, il n'y a plus que des fruits.

JACQUES HURY, pleurant. — Ecartez les feuilles et l'on trouvera la dernière violette !

Et la fleur Immortelle est encore en boutons, et seuls nous restent le dahlia et la tête de pavot.

{La Religieuse n est plus la)

�� �