Page:NRF 7.djvu/568

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


5^2 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

JACQUES HURY. — Je ne reverrai plus son visage en cette vie.

(PIERRE DE CRAON s'assied à la gauche d' ANNE VERCORS. Longue pause. Bruit d'un marteau sur les planches. Ils demeurent en silence écoutant.

On voit passer par le côté de la scène M ARA tenant un enfant entre les bras enveloppé d'un châle noir. Puis elle rentre lentement par le fond et vient se placer en face du banc où sont assis les trois hommes.

Ils tiennent les yeux sur elle^ sauf JACQUES HURT, qui regarde la terre^

M ARA, la tête baissée. — Salut, mon père ! Je vous salue tous.

Vous tenez les yeux sur moi et je sais ce que vous pensez : " Violaine est morte.

" Le beau fruit mûr, le bon fruit doré,

" S'est détaché de la branche, et, seule, amère au dehors, dure au dedans comme la pierre,

" Nous reste la noix hivernale. " Qui m'aime } Qui m'a jamais aimée }

{Elle relevé la tête d'un air sauvage)

Eh bien ! me voici ! qu'avez-vous à me dire } Dites tout ! Qu'avez-vous à me reprocher }

�� �