Page:NRF 7.djvu/600

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


594 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

penché vers toi et, remontant tout aussitôt vers les cieux, ils t'emportaient dans leur troupe, pour mieux tromper ton impatience et ton espoir de la Noël prochaine, d'une Noël qui ne finira jamais, jamais !

XXI

Car tu choisis, pour cesser ton exil, un Vendredi, jour de la Vierge, et tu voulus attendre que le tintement du premier coup de minuit t'introduisît à l'éternité par ce triomphal Treize Janvier où tombe le Baptême de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

C'est pourquoi nous avons mis sous ta tête, ta tête dont les boucles précieuses et non encore dé- tendues n'eurent jamais oreiller plus sacré, cette royale tunique, cette robe de dentelle et de lin, immergeant ce qui reste de toi dans les ondes d'une incorruptible fontaine baptismale.

XXII

Et nous t'avons conduit, au long des champs où pointe l'herbe nouvelle, une après-midi de diman- che, par un crépuscule tiède, transparent et doré, qui laissait glisser ton cortège suprême comme une procession de fête, jusqu'à la demeure scellée et basse où tu es allé rejoindre ceux qui ne t'ont jamais connu, et celle-ci, la dernière partie, qui t'aima tant, et quelques mois à peine.

�� �