Page:NRF 7.djvu/728

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


722 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Allemagne cohérence ni solidité. Me tiendrez-vous pour partial si je m'efforce de placer cette figure au premier plan, selon ce qui me paraît la perspective vraie ? "

Nous trouvons l'expression du même malaise dans un article de Margarete Susman {Frankfurter Zeitung, 31 janv.) :

" Qu'il nous paraît loin de nous, pénible et périmé, ce mot par lequel Schiller déplorait la mort du chanteur grec : " C'est une perte pour chaque cœur. " Où vivrait, où mourrait aujour- d'hui un artiste qu'acclamerait ou pleurerait la nation, le peuple ou simplement ce qu'un peuple comprend d'hommes cultivés. En vain nous cherchons cette unité de sentiment hors de laquelle jaillit l'artiste, dans laquelle il accomplit son œuvre et qui lui répond par de l'amour et de la reconnaissance. De petits cercles se groupent aujourd'hui autour de certaines figures et la foule s'en détourne sans compréhension ni foi, dépaysée par les paroles, les sons, l'aspect. L'art est devenu un art d'ini- tiés, un langage secret, une exhortation ésotérique. Un seul sentiment est général : c'est qu'il ne devrait pas en être ainsi.

Que notre art ne soit plus qu'ésotérique, il faut le déplorer ; c'est le signe d'une culture divisée contre elle-même. Dans une culture qui forme un tout, l'art doit être un élément organique qui reçoit sa nourriture du centre du corps, comme un membre. C'est le sentiment de tous ceux qui refusent à notre art ésoté- rique le nom et les droits d'un grand art ; c'est surtout le sentiment douloureux de ceux qui produisent l'art ésotérique, des artistes eux-mêmes. Ils s'enfoncent toujours plus avant et plus violemment dans cette solitude à laquelle on les condamne, et ils tournent les yeux avec un désir grandissant vers les époques qui eurent une grande culture d'ensemble. "

Et Margarete Susman cite le mot de Gœthc : " Tout ce que l'homme entreprend d'exécuter, que ce soit par l'action ou par la parole, doit jaillir d'un ensemble de forces réunies ; tout ce qui est isolé doit être rejeté. "

�� �