Page:NRF 7.djvu/962

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


956 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

pour l'enchantement d'un baiser de vous ! Mais non ; je dois vivre d'espoir et de chance. — Quand le pire arriverait, je vous aimerais encore, — mais quelle haine j'aurais pour un autre ! Quelques lignes, lues dernièrement, tintent sans trêve à mes oreilles :

Voir ces yeux qui me sont plus chers que les miens

Darder leurs faveurs sur un autre —

Et par un autre que moi, voir presser

Ces douces lèvres (receleuses d'un nectar immortel),

Pense, Francesca ! pense à cette chose.

Maudite au delà de toute expression ! ^

Ecrivez-moi immédiatement. 11 n'y a pas de bureau de poste ici ; il faut adresser votre lettre " Post office. Newport. Isle of Wight ". Je sais qu'avant que la nuit soit venue, je me maudirai de vous avoir envoyé une lettre aussi froide ; pourtant, mieux vaut, autant que possible, écrire de sang-froid. Soyez aussi bonne que vous le permettra la distance, à

votre

J. Keats.

To see those eyes I prize above mine own Dart favors on another —

And those sweet lips (yielding immortal nectar) Be gently press'd by any but myself — Think, think Francesca, what a cursed thing It were beyond expression !

J-

�� �