Page:NRF 8.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


284 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Pourquoi diable restez-vous ici à attendre ?

— Je croyais qu'il y avait autre chose, Monsieur.

— Voulez-vous bien fiche le camp !

Buchanan nous fit signe de l'oeil, à Stirling et à moi tandis que le garçon s'en allait d'un pas lourd et que le vieillard se remettait tranquillement à écrire.

— Vous plairait-il de visiter la maison ? me demanda poliment Buchanan. Je vous accompagnerai. C'est tout ce dont je suis capable aujourd'hui... Ouf ! — Il regarda Stirling et bâilla.

— Vous devriez vous coucher, dit Stirling.

— Oui, je sais bien. Voilà douze ans que je le sais. Je me coucherai dès que j'aurai une minute à moi. Eh bien ! vous venez ? On commence à recevoir les résultats de la mi-temps.

Une impatiente sonnerie de téléphone retentit.

— Voulez-vous voir ce que c'est, patron ? dit le vieil- lard sans lever la tête.

Buchanan alla au téléphone et répondit dans l'appareil :

— Oui ? Quoi ? Ah, Myatt ? Oui, il joue... Pour sûr que je le sais ! Au revoir.

Il se tourna vers le vieillard.

Encore un qui veut savoir si Myatt joue. C'est Bir- mingham, cette fois-ci.

— Oh ! dit le vieillard, sans cesser d'écrire.

— C'est à cause des paris, m'expliqua Buchanan. Pour le moment Knype a l'avantage ; trois à deux.

— Si Myatt joue, c'est à moi que Knype le doit, dit le Docteur.

Nous le regardâmes, surpris.

— A vous ?

�� �