Page:Nansen - La Norvège et l'Union avec la Suède, trad Rouy, 1905.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
le traité de kiel et la genèse de l’union

montagnes et de forêts, remporter une victoire décisive avec l’armée et les moyens matériels dont il disposait. Si l’on envisage les choses de cette manière, ce ne serait pas l’homme d’État Charles-Jean, mais le général Bernadotte qui aurait entamé des négociations après une campagne de quinze jours.

Il importerait peu, à l’heure actuelle, de savoir laquelle de ces deux opinions est conforme à la réalité, si la Suède, pour excuser sa conduite ultérieure, blessante pour la Norvège, n’avait souvent allégué qu’en 1814, si elle avait renoncé à conquérir sa voisine, c’était un effet de la générosité de Charles-Jean et de son peuple[1].

  1. Un livre d’un grand intérêt à ce point de vue est la collection récemment publiée des lettres de la reine de Suède, femme de Charles xiii, Hedwig-Elisabeth-Charlotte de Holstein-Gottorp (voir « Sverige och Norge 1814 » Stockholm 1896, par le baron Carl Corllson Bonde). Le 28 août 1814, une quinzaine après la convention de Moss, elle écrit a la princesse Sophie-Albertine, sœur de Charles xiii voir Bonde, l. c., p. 128, note i). « C’est un bonheur pour la Suède que le courage fasse défaut au roi de Norvège Christian-Frédéric, qui aurait pu sans cela faire beaucoup de mal a la Suède, car on ne doit pas se faire d’illusions et le prince royal (Charles Jean) ne cherche pas à cacher qu’il lui eût été absolument impossible de rien gagner sur les Norvégiens contre leur volonté ; il serait en effet impossible de pénétrer chez eux entre leurs hautes montagnes et leurs défilés inexpugnables, s’ils avaient seulement un bon chef et la volonté de se défendre. Peut-être réussirait-on a les refouler sur Christiania, mais aucune armée ne serait à même de les poursuivre plus loin. »

    Ces lignes n’ont pas été écrites par sympathie pour les Norvégiens, que la reine de Suède qualifie de « rebelles et de contempteurs de traités », mais elles ont été très pro-