Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


point présent quand la partie de bain s’en nouée au chateau. Pendant le trajet d’environ une lieue qu’on a fait ventre à terre, le bruit de la calèche, des chevaux, des dogues et des danois qui aboyaient devant les voitures, ont empêché notre espion d’entendre ce qui se disait. A peine arrivés on s’est baigné pêle-mêle ; point d’entretien ; ensuite on a collationné et bû à l’excès. Le moyen de recueillir, au travers de tout cela quelque chose qui ait de la suite ! Puis enfin on en est venu à ce qu’on voit. Qu’y recueillir ! Chacun est fort à sa besogne. S’il échappe par-ci par-là quelques propos, c’est une bigarrure d’allemand, de français et d’italien qui n’a pas l’ombre de sens commun. Enfin si tous ces gens là, retrouvant leur raison, leur esprit et le point d’équilibre de leur existence respective, viennent plus tard à s’entretenir sensément, cela n’est point du ressort de notre cadre.


FIN.