Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelque honnêteté est au fond de très mauvaise compagnie, et qu’avec ce defaut les plus grands talens ne conduisent jamais à la considération, non plus qu’à la richesse…

Cependant au bout de douze séances, et tout un mois s’étant passé à peindre l’intéressant sujet, la besogne est achevée. Laura et Cazzoné, complettement remis en garderobe, nipés et gratifiés de deux cent louis cachés dans une riche boite, prennent congé de leurs protecteurs et poursuivent leur route qui selon leur ancien projet les conduit en Angleterre.

L’aubaine de tout cet emploi du tems était l’une des plus considérables faveurs par lesquelles Mde. de la Grapinière se piquait d’avoir reconnu les bons procédés de son époux ; ce dernier ne cessait de vanter la félicité dont l’avait fait jouir cette occasion de peinture.

Eh bien, Monsieur, (lui répondit avec dignité son excellente femme) continués comme vous faites, et je vous promets de vous passer, de la même façon, tout ceux de mes serviteurs qui voudront bien se prêter à votre infamie ; mais, je vous avertis que chaque fois je prétendrai dix louis pour moi ? — J’en donnerai vingt, Madame,…… Oh ! le miraculeux mari !